Une vie plus saine sans nicotine !

Les astuces pour retrouver son bien-être : une vie plus saine sans nicotine ! 

Les restrictions de la pandémie s'estompent progressivement et nous retrouvons peu à peu notre rythme habituel. Le moment est donc venu de prendre un nouveau départ plein d’élan et de se débarrasser un fois pour toutes de ces mauvaises habitudes qui se sont glissés dans notre vie quotidienne. C’est bien maintenant le bon moment pour vous débarrasser de la cigarette. L'équipe de l'Hôpital du Jour des CHEM et de la Fondation Cancer vous soutiennent sur votre chemin vers une vie plus saine et sans contrainte avec quelques astuces !  

J’évalue ma dépendance

En première étape, il est important d’analyser sa dépendance quotidienne

Quand est-ce que je fume ? Quels sont les moments critiques ? Est-ce que je fume une cigarette par stress, par habitude, par ennui, pendant ma pause-déjeuner ou seulement lors de fêtes ? S'agit-il d'une dépendance physique ou psychologique ? Pourquoi est-ce que je le veux et quel est ma motivation ?

Le  test de Fragerström permet d’évaluer votre dépendance physique.
La dépendance à la cigarette est en général la combinaison d’une dépendance physique et psychologique/comportementale.
La dépendance physique est le besoin corporel de fumer. Comme le corps s’est habitué à sa dose de nicotine, il a du mal à s’en passer et il réagit par un ensemble de signes en cas de manque (irritabilité, agitation, moral à zéro, concentration difficile, faim). Après 5 jours, les symptômes de manque diminuent. 

La dépendance psychologique par contre est plus difficile à saisir et dure plus longtemps ; c’est avoir besoin d’une cigarette pour réfléchir, pour se relaxer ou simplement se sentir bien. 

Je définie ma stratégie

La deuxième étape consiste à mettre en place sa propre stratégie.
Il n'y a pas une formule magique qui fonctionne pour tout le monde. Il n'y a donc pas "la" méthode, chacun doit trouver sa propre voie qui lui convient. 
Chaque cigarette est associée à un contexte, une habitude ou une émotion (stress, ennui, colère). 
Cesser de fumer représente ainsi un véritable changement de style de vie, puisqu’il va falloir changer de comportement, casser des réflexes.Arrêter de fumer, c'est acquérir de nouveaux réflexes, développer une panoplie de méthodes et de stratégies qui permettent de maîtriser les petits et les grands obstacles de la vie quotidienne - sans cigarettes. 

La tête génère le désir. Il faut donc en priorité distraire l’esprit. Il convient donc de trouver les bonnes méthodes pour se distraire au bon moment et briser le cercle vicieux - écouter la musique, boire du thé, jouer un jeu, lire, faire du yoga, mâcher du chewing-gum, faire du sport ou peut-être la marche?  

Avec la fin de la période de confinement, le niveau de stress augmentera à nouveau pour de nombreuses personnes. Il est important d'avoir déjà mis en place les bonnes stratégies et méthodes pour faire face au stress de la vie quotidienne sans nicotine. Tirez les bonnes leçons de la phase pandémique - prenez un moment pour vous chaque jour, que ce soit par le sport, une promenade ou un bain purement relaxant. 

Je suis prêt

Enfin, la dernière étape consiste à fixer sa propre date, et ceci sans pression. Quel est le bon moment pour moi ? 

Gardez en tête qu’arrêter de fumer est un véritable apprentissage : de la même façon qu’un enfant qui apprend à marcher tombe parfois, se relève, finit par trouver son équilibre et arrive à marcher seul, le fumeur a aussi besoin de temps, de comprendre ce qui le fait tomber, comment faire pour ne plus tomber et trouver son équilibre.

Les bénéfices immédiats :

Après 
20 minutes : votre pression sanguine et votre rythme cardiaque redeviennent normaux ;
8 heures : la quantité de monoxyde de carbone dans le sang diminue de moitié et l’oxygénation de vos cellules redevient normale :
24 heures : le monoxyde de carbone dans votre corps est éliminé ;
48 heures : votre goût et l’odorat commencent à réapparaitre ;
72 heures : vos bronches commencent à se relâcher et l’énergie augmente ;
1 an : d’arrêt, la respiration est redevenue normale et le risque d’infarctus du myocarde est réduit de moitié ;
5 ans : votre risque de cancer de la bouche, du larynx, de l’œsophage, de la vessie ou du col de l’utérus est le même que celui d’une personne n’ayant jamais fumé ;
10 ans : d’arrêt, le risque de mourir d’un cancer du poumon est réduit de moitié par rapport à celui d’un fumeur ;
20 ans : le risque est redevenu celui d’un non-fumeur.

Vers une vie sans Tabac

Le CHEM et la Fondation Cancer vous soutiennent sur votre chemin vers une vie sans tabac. 
Au Luxembourg, nous comptons environ 1000 morts par an des suites des maladies liées au tabac, dont 80 personnes suite au tabagisme passif. 90 % des cancers du poumon sont imputables au tabac.

Hôpital de Jour (Maison Schleimer) 
L’équipe pluridisciplinaire l’Hôpital du Jour du CHEM vous accompagnera avec un projet thérapeutique individualisé et vous aide à réaliser une analyse de votre dépendance, de votre routine quotidienne et la mise en place de vos stratégies. 
Appeler nous au 5711 – 76100 du lundi à vendredi de 09:00 à 17:00 

Fondation Cancer

Le service Tabac-Stop de la Fondation Cancer est à votre disposition pour vous informer, vous conseiller et vous préparer à l’arrêt:
https://www.maviesanstabac.lu/contact

(+352) 45 30 331

Fondation Cancer & Hôpital du Jour CHEM 

 

Programme d'aide au sevrage tabagique

Programme d'aide au sevrage tabagique

Le programme d’aide au sevrage tabagique a pour but de fournir une prise en charge adaptée à toutes les personnes désirant arrêter de fumer. Ce programme a été mis en place par le ministère de la santé et la Caisse Nationale de Santé (CNS). Il s'adresse à tous les assurés auprès de la CNS.

Consultations régulières chez votre médecin 

Le programme d’aide au sevrage tabagique prévoit des consultations régulières chez le médecin de votre choix pendant une durée de 8 mois.
Si cela est nécessaire, des médicaments de sevrage seront prescrits pendant la durée de la cure. Pour s’inscrire, un consentement éclairé chez le médecin traitant est à signer lors de la première consultation.

Plus d'informations ici